Forum d'entraide à l'apprentissage de l'Islam
Assalamou 'alaykunna !
marhaban bikunna vous pouvez vous inscrire si vous êtes une femme et que vous souhaitez vous entraider avec vos soeurs dans l'apprentissage de notre belle religion !!

Forum d'entraide à l'apprentissage de l'Islam


 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

LE FORUM EST EN MODE LECTURE ET LES INSCRIPTIONS SONT CLOSES POUR UNE DURÉE INDÉTERMINÉE

Partagez | 
 

 Tafsir ahadiths >> Par Oum Anas -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amatul-Wakil
Fondatrice


Nombre de messages : 4020
Localisation : Tanger
j'atteste par ALLAH que je suis bien une soeur : Oui
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Tafsir ahadiths >> Par Oum Anas -   Ven 20 Juin - 9:50

salam

Je compte inchaAllah retranscrire ici les cours dispensés par une soeur étudiante en Arabie, dispensés à Roubaix inchaallah

SI les soeurs qui ont assisté aux cours voient des erreurs, qu'elles s'empressent de m'en faire part !


Cours de ahadiths N°1



Les ahadiths seront extraits de JAMI’ AL OULOUM WAL HIKAM de Ibn Rajab :radi:

عَنْ عُمَرَ بْنِ الْخَطَّابِ رَضِيَ الله عَنْهَ قَالَ : سَمِعْتُ رَسُولَ الله صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّم يقول


إِنَّما الأَعْمالُ بِالنَّيّاتِ وَ إِنَّما لِكُلَ

ّامْرِئٍ ما نَوَى , فَمَنْ كَانَتْ هِجْرَتُهُ إِلى الله وَرَسُولِهِ , فَهِجْرَتُهُ إِلَى الله وَ رَسُولِهِ , وَ مِنْ كَانَتْ هِجْرَتُهُ لِدُنْيَا يُصِيبُهَا أَو امْرَأَهٍ يَنْكِحُهَا , فَهِجْرَتُهُ إِلَى مَا هَاجَرَ إِلَيْهِ .

رواه البخاري و مسلم


1 les actes ne valent que par leurs intentions

L'émir des croyants,Abou Hafç Omar ben Al-Khattaâb_ qu’Allah l'ait en Son agrément_ a relaté: j'ai entendu le Messager de Dieu dire:


" Les actes tiennent des intentions et pour chaque personne, il y aura ce qu'elle aura formé comme intention. Ainsi, celui dont l'émigration avait pour but Dieu et son Prophète, son émigration sera (inscrite comme étant) pour Dieu et son prophète, et celui dont l'émigration avait pour but des biens de ce monde à obtenir ou une femme à épouser, son émigration sera (inscrite comme étant) pour ce pour quoi il avait émigré."

Rapporté par Boukhâri et Mouslim



Remarques de grammaire :

Umara : il est précédé de ‘AN qui est une harfou jar, mais il fait partie des MAMNOU’ MIN ASSAFR, noms qui, entre autres, ne prennent pas de kasra au jar.

Après INNA normalement, le ISM INNA (le nom qui suit inna) est mansoub (avec fatha) mais ici, le MA annule l’action de INNA.


Bi= harfou jarr, donc al niyaati (majrour, avec kasra)


LIKOULI -MRIIN : on fait la liaison, le alif de imriin est un HAMZATOUL WASL, hamza de liaison, il ne se prononce donc pas ici.

KOULI MRIIN : Mudhaf, mudhaf ilayhi



MA (nawa)= ISM MAWSOUL (comme al ladhi, pronom relatif)



Différence entre WA et Fa :

Fa = idée de tout de suite après ou idée de conséquence (donc)


Explication du hadith :

Il s’agit du premier hadith cité ici, c’est aussi le premier du recueil de Bukhari et des 40 Nawawi, car il est la base d’acceptation des œuvres.

Le hadith concerne toutes nos actions, pas seulement les œuvres cultuelles.



Au sujet de la définition de l’intention, il y a deux avis :

-Il s’agit de l’intention de ce que l’on va entreprendre (ex ; avoir l’intention de prier le dohr ou le asr …)

-Il s’agit de l’intention concernent pourquoi on va entreprendre telle chose (pour Allah ; pour les gens, pour Allah ET les gens)

Si l’on fait un bien à autrui, même si on ne l’a pas fait pour Allah seul, il en résulte un bien dans dounya (le bien qu’on a prodigué à autrui).

Mais les actes cultuels comme la prière ou le jeûne, si je ne l’ai pas fait pour Allah, il n’en résulte aucun bien.



:roseee:


Dernière édition par Oum-Jounayd~Amatul-Wakil le Mar 15 Juil - 11:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amatul-Wakil
Fondatrice


Nombre de messages : 4020
Localisation : Tanger
j'atteste par ALLAH que je suis bien une soeur : Oui
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Tafsir ahadiths >> Par Oum Anas -   Mer 20 Aoû - 13:18

bismillahh

"Celui qui fait la guerre sur le sentier d’Allah, ne désirant qu’un bout de corde (métaphore désignant le butin), il sera récompensé en fonction de cette intention. »
[Ahmed, adDarimi, Ibn Hibban]

« Tu ne dépenseras pas de nafaqaa (aumône) en recherchant la face d’Allah, sans avoir cette rétribution, qu’il s’agisse d’un morceau de viande que tu as mis dans la bouche de ton épouse. »

Ibn Mubarak
Il se peut que l’homme réalise une œuvre insignifiante mais que l’intention qui a précédé cet acte le sublime, comme un sourire adressé à son frère en islam dans l’intention de la réconforter, tout comme il se peut que l’homme réalise une immense œuvre, mais que l’intention qui l’a précédé la rende insignifiante, comme la construction d’une mosquée dans le seul but d’être admiré des gens.

Selon Ahmed ibn Hanbal, les principes (oussouul) de l’islam se regroupent en trois ahadiths :
- le hadith concernant l’intention (sus mentionné)
- le hadith concernant les innovations
- le hadith concernant la clarté du licite et de l’illicite et l’exhortation à s’éloigner du douteux.

Al ‘amal la yatim illa bi amrayn, les œuvres ne sont acceptées qu’à deux conditions :
1. al Ikhlass lillah, qu’elles ne soient effectuées que pour la Face d’Allah (fi baTinihi liwajhillah, à l’intérieur, pour la face d’Allah)
2. al mutaba’a lirassoulihi, le suivi du prophète‹, il faut qu’elles soient effectuées conformément à la sunna.


Pourquoi est utilisé le sujet de l'émigration dans le hadith ? Et qu'est-ce que l'émigration ?


C'est le fait de quitter un pays de shirk pour une terre d'Islam, dans le but de vivre pleinement sa religion. Faire la hijra est une grande adoration et l'intention de la faire pour Allah et son Messager est répétée à deux reprises dans ce hadith. Le mouhajir, d'après l'auteur, c'est celui qui fait la hijra par AMOUR pour Allah et son Messager : houban li llahi wa rassoulih.

Cependant, et comme le souligne le hadith, l'intention dans l'émigration peut être pour autre qu'Allah et son Messager, ila ma hajara ilayh. Le ha de ilayh représente l'étendue de ce pourquoi l'on peut émigrer: commerce, mariage, etc...


Plusieurs hadiths s'ajoutent à celui-ci et dénotent le caractère important de l'intention.

Le prophète fut interrogé au sujet du djihad (sujet aussi fort que celui de l'émigration). Si un homme fait le djihad par ostentation, un autre par courage et un autre encore par nationalisme (el rasabiya ou el qawmiya), lequel de ces trois hommes se bat dans les sentiers d'Allah ? Le Prophète répondit : « la ajran lahoum ! (pas de récompense pour eux). »
Le plus grand des djihad c'est ce qu'on appelle djihad an nafs, la lutte, le combat contre ses propres maux.


Dans un hadith qudsi, Allah dit : « Je suis parmi les associés, Celui qui a le moins besoin du chirk (Celui qui s’en passe le plus). Celui qui a fait une action en M’associant ; je le laisse, lui et son associé. »

Ibn Mass’oud a dit : « N’apprenez pas la science pour ces trois choses :
1- Dans le but de vous réunir avec des gens ignorants, qui ne savent pas
2- Dans le but de montrer votre science par ostentation et d’insister fermement sur votre opinion
3- Dans le but d’attirer le regard, par pure ostentation

Dans les paroles que nous disons et les actes que nous faisons, il faut toujours chercher la récompense auprès d’Allah.

أقسام العمل لغير الله

1- رياء محض il s’agit de pure ostentation
2- الرياء لله و يشاركه l’action est faite pour Allah mais aussi par ostentation

Le deuxième point comporte plusieurs cas.
من أصله = dès le départ, l’ostentation est présente, le résultat est que l’action est vaine = بطلان العمل كله
طرأ عليه = l’ostentation est apparue en cours d’action

Pour le deuxième cas, si j’ai repoussé cette ostentation (دفعه), cette ostentation n’aura pas de conséquence sur mon action (لا يضره).
Si par contre, je n’ai pas repoussé cette ostentation et j’ai donc poursuivi mon action avec ostentation, (استرسل معه), alors deux avis sont apparus parmi les savants.

Le premier consiste à dire que l’action n’est pas totalement annulée (لا يبطل العمل كله), ceci est l’avis le plus fort et est celui de Ahmed et d’Ibn Jarir.
L’autre avis consiste à dire que l’action est suspendue à partir du moment où l’ostentation apparaît et ce, jusqu'au renouvellement de l’intention et à la disparition de cette ostentation (ينقطع بنيّة الرياء و يحتاج إلى تجديد النيّة)

Ibn Jarir a expliqué la différence entre les deux avis en disant que l’action n’est pas totalement annulée lorsqu’il s’agit d’une action en un bloc (عمل ارتبط اوله بأخره), autrement dit qui comporte un début et une fin, comme la prière, le pèlerinage… Ainsi, si tu commences cette action pour Allah, même si ton intention change par la suite, ton action n’est pas annulée.
Et si l’action n’est pas en un bloc (عمل لا يرتبط), comme le rappel d’Allah (dhirk), dans ce cas, l’action est suspendue à partir du moment où l’ostentation est apparue.

Si quelqu’un effectue le djihad pour Allah avec une autre intention que l’ostentation (ex. : gagner de l’argent comme les policiers), sa récompense sera diminuée (ناقص)
Mais si cette personne, qu’elle soit rémunérée ou non, serait quand même partie pour combattre, alors le fait qu’elle soit rémunérée ne change rien à sa récompense.

Selon un hadith, « si les combattants prennent le butin, ils ont pris les deux tiers de leur récompense, et s’ils n’ont rien, leur récompense sera complète. » [Muslim 1906, Ahmad, Abou Daoud]

Les gens avaient été regroupés pour une ghazwa (expédition militaire), une personne qui avait l’intention de se battre pour Allah et qui finalement a gagné un peu de butin, cela ne change rien [à sa récompense], contrairement à celui qui combat en ayant l’intention de gagner du butin. Il en est de même pour le pèlerinage, si la personne l’effectue pour Allah et que là-bas, elle parvient à faire un peu de commerce, cela n’entache pas sa récompense.

Concernant l’avis selon laquelle l’action n’est pas annulée ;

Un homme a dit : « Ô messager d’Allah ! Parmi les hommes de Bani Salama, tous combattent, certains combattent pour ce bas-monde, d’autres pour se secourir (protéger), et d’autres enfin, pour la face d’Allah. Lesquels sont les martyrs ? »
Le prophète‹ répondit : « Tous, si leur intention d’origine était que la parole d’Allah soit la plus haute. »

Si par exemple, la personne a fait une bonne action, puis elle se voit félicitée par les musulmans et est heureuse de son action, il n’y a aucun mal. Le prophète‹ avait été interrogé au sujet d’un homme qui fait de bonnes actions puis les gens font son éloge. Il a dit que ceci est la bonne nouvelle qui vient déjà dans le bas monde.

Husayn al Ghazi disait : « La chose la plus précieuse de ce bas monde est la sincérité pour Allah (al Ikhlass). Comme je me suis battu pour repousser l’ostentation et la faire sortir de mon cœur ! Quand je la repousse, elle revient sous une autre forme. »

FIN DU HADITH

:roseee:
Revenir en haut Aller en bas
Amatul-Wakil
Fondatrice


Nombre de messages : 4020
Localisation : Tanger
j'atteste par ALLAH que je suis bien une soeur : Oui
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Tafsir ahadiths >> Par Oum Anas -   Mer 20 Aoû - 13:20

bismillahh



عَنْ عُمَرَ ( رَضِيَ الله عَنْهُ ) أيضاً قال : بَيْنَمَا نَحْنُ جُلُوسٌ عِنْدَ رَسُولِ الله ( صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَمَ ) ذَاتَ يَومٍ إِذْ طَلَعَ عَلَيْنَا رَجُلٌ شَدِيدُ بَيَاضِ الثَّيَّابِ , شَدِيدُ سَوَادِ الشَّعْرِ , َلا يُرَى عَلَيْهِ أَثَرُ السَّفَرِ , وَ لَا يَعْرِفُهُ مِنَّا أَحدٌ , حَتَّى جَلَسَ إِلى النَّبِيَّ ( صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ ) , فَأَسْنَدَ رُكْبَتَيْهِ إِلـى رُكْبَتَيْهِ , وَوَضَعَ كَفَّيهِ عَلى فَخِذَيْهِ , وَ قَالَ :

يَا مُحَمَّدُ أَخْبِرْنِي عَنِ الْإِسْلامِ ؟

فَقَالَ رَسُولُ الله ( صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ ) :

الْإِسلْامُ أَنْ تَشْهَدَ أن لَّا إِلَهَ إِلَّا الله , وَ أَنَّ مُحَمَّداً رَسُولُ الله , وَتُقِيمَ الصَّلَاةَ , وَتُؤْتِيَ الزَّكَاةَ , وَ تصُومَ رَمَضَانَ , وَتَحُجَّ البَيْتِ إِنِ اسْتَطَعْتَ إِلَيْهِ سَبِيلاً قَالَ : صَدَقْتَ .

فَعَجِبْنَا لَهُ يَسْأَلُهُ وَ يُصَدِّقُهُ , قَالَ : فَأَخْبِرْنِي عَنِ الْإيمَانِ ؟

قَالَ :أَنْ تُؤْمِنَ بِا لله وَ مَلَائِكَتِهِ وَ كُتُبِهِ وَ رُسُلِهِ وَ الْيوْمِ الآخِرِ وَتُؤْمِنَ بِالْقَدَرِ خَيْرِهِ وَ شَرَّهِ .

قَالَ : صَدَقْتَ . قَالَ : فَأَخْبِرْنِي عَنِ الْإِحْسَانِ ؟

قَالَ : أَنْ تَعْبُدَ الله كَأَنَّكَ تَرَاهُ فَإِنْ لَمْ تَكُنْ تَرَاهُ فَإِنَّهُ يَرَاكَ

قَالَ : فَأَخْبِرْنِي عَنِ السَّاعَةِ ؟

قَالَ : مَا الْمَسْؤُولُ عَنْهَا بِأَ عْلَمَ مِنَ السَّائِلِ

قَالَ : فَأَخْبِرْنِي عَنْ أَمارَاتِهَا ؟

قَالَ : أَنْ تَلِدَ الْأَمَةُ رَبَّتَهَا , وَأَنْ تَرَى الْحُفَاةَ الْعُرَاةَ الْعَالَةَ رَعَاءََ الشَّاءِ يَتَطَاوَلُونَ فِي الْبُنْيَانِ ,

ثُمَّ انْطَلَقَ . فَلَبِثْتُ مَلِيّاً , ثُمَّ قَالَ :

يَا عُمَرُ أَتَدْرِي مَنِ السَّائِلُ ؟

قُلْتُ : الله وَ رَسُولُهُ أَعْلَمُ ,

قَالَ : فَإِنَّهُ جِبْرِيلُ أَتَاكُمْ يُعَلّمُكُمْ دِينَكُمْ .

رواه مسلم


Al Islam, Al Iman wa Al Ihsan

Omar - رضي الله عنه - a relaté:
" Un jour, alors que nous étions assis auprès du messager de Dieu صلى الله عليه و سلم - , un homme aux vêtements très blancs et aux cheveux très noirs apparut. On ne voyait pas sur lui les traces du voyage et nul parmi nous ne le connaissait. Il s’assit devant le Prophète - صلى الله عليه و سلم - , mit ses genoux contre les siens, posa les mains sur ses cuisses puis dit :
- Ô Muhammad, informe-moi sur l’Islam! Le messager de Dieu répondit:

- L’Islam, est que tu attestes qu’il n'y a pas de dieu qu'Allah et que Muhammad est le Messager d'Allah , que tu accomplis la prière, que tu donnes l’aumône [ Zakât ], jeûnes le Ramadan et que tu fasses le pèlerinage à la demeure si tu peux y arriver. - L’étranger : Tu as dit la vérité.

Nous nous sommes alors étonnés de cette situation : Il le questionne puis il l’approuve.

- Il dit : Informe-moi sur la foi [ Imâne ].

- La foi, dit-il, c’est que tu croies en Dieu, en Ses Anges, en Ses Livres, en Ses Envoyés, au Jour Dernier, et que tu croies dans le Décret [ Qadar ], qu’il s’agisse dans son bien ou de son mal.

- Il dit : Tu as dis la vérité, dit-il

- Il dit : Informe-moi sur le bel-agir, ajouta-t-il.

- Que tu adores Allah comme si tu Le voyais. Et si tu ne Le vois pas, Lui te voit.
Lui répondit le Prophète - صلى الله عليه و سلم -.

- - Il dit : Informe-moi sur l’Heure (de la résurrection).

- Celui qui est interrogé n’en sait pas plus sur elle que celui qui l’interroge, lui répondit-il.

- Il dit : Informe-moi sur ses signes précurseurs.

- Quand la femme donnera naissance à sa propre maîtresse, et quand tu verras les va-nus-pieds, les déguenillés et les gueux, gardiens de bêtes, rivaliser dans l’élévation des constructions. Puis l’homme s’en alla. Je restai un bon bout de temps sans rien demander sur cette affaire, puis l’Envoyé de Dieu - صلى الله عليه و سلم - me dit :

- Sais-tu qui est venu m’interroger ?
- Allah et Son Envoyé le savent mieux que moi, lui dis-je.

- C’est l’Ange Gabriel. Il est venu vous apprendre votre religion.
Rapporté par Muslim.


:roseee:
Revenir en haut Aller en bas
Amatul-Wakil
Fondatrice


Nombre de messages : 4020
Localisation : Tanger
j'atteste par ALLAH que je suis bien une soeur : Oui
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Tafsir ahadiths >> Par Oum Anas -   Mer 20 Aoû - 13:21

Explication du hadith :

• L’Islam, est que tu attestes qu’il n'y a pas de dieu qu'Allah et que Muhammad est le Messager d'Allah , que tu accomplices la prière, que tu donnes l’aumône [ Zakât ], jeûnes le Ramadane et que tu fasses le pèlerinage à la demeure si tu peux y arriver. - Il dit : Tu as dit la vérité.


Ce hadith regroupe l’explication de la religion. Il a été rapporté de nombreuses fois, de ‘Omar par Muslim et de Abou Horayra par al Bukhari et Muslim.

L’islam regroupe les actions des membres apparentes (paroles et actions).
Par exemple, la double attestation est un acte de la langue : ‘amal al lissan tandis que le jeûne est un acte du corps : ‘amal badany. L’aumône légale quant à elle est un acte effectué avec les biens : ‘amal maaly.
Certains actes d’adoration, comme le pèlerinage, peuvent être à la fois effectués par le corps et par les biens : ‘amal badanya wa maliya.

Ibn Hibban a ajouté une partie au hadith selon lequel le prophète‹ aurait ajouté à la réponse de l’islam, « faire la ‘omra, le ghusl après l’état de janaba et parfaire les ablutions. »
Cela montre que toutes les obligations qui ne sont pas des piliers font aussi partie de l’islam.
On a demandé au prophète‹ :
« Et si je fais tout cela, suis-je musulman. »
Il répondit : « Oui ».

Nous pouvons également citer le hadith de Ibn ‘Omar :

D'après Abû 'abd ar-Rahman 'abd Allah ibn 'Omar - رضي الله عنه - l'Envoyé d'Allah - صلى الله عليه و سلم - a dit :

L'Islam est bâti sur ces cinq principes :
1- La profession de foi : [ Lâ ilaha ill Allah wa Muhammadan Raçoulillah ]
2- L'accomplissement de la prière.
3- L'acquittement de l'aumône légale [ zakât ].
4- Le pèlerinage.
5- Le jeune du mois de Ramadan.

On voit bien ici que ces cinq piliers sont les bases de la construction qu’est l’islam, sans ces bases, le bâtiment s’écroule. Tout ce qui est autour (comme obligations) vient renforcer l’islam.
Si tu ne remplis pas ces obligations, cela ne t’exclut pas de la sphère de l’islam.
Il n’y a aucune divergence sur le fait que celui qui n’atteste pas les deux attestations (qu’il n’y a pas de dieu sauf Allah et que Mohammed est Son envoyé), celui-là sort de l’islam à l’unanimité.
Ainsi, on peut dire que celui qui réalise les piliers et les obligations est vraiment musulman (haqqan), tandis que celui qui atteste seulement des deux attestations est musulman selon la loi (hokman), c’est-à-dire qu’il est considéré par le gouvernement musulman comme musulman, donc que son sang, ses biens et son honneur sont protégés.

Selon un hadith :
« Le musulman est celui qui protège les musulmans de sa langue et de sa main. »
[Ahmed, Bukhari 10-6484, Muslim, Abou Daoud 2481, Ibn Maja 40]

Cela montre que l’islam ne se limite pas aux cinq piliers car ici le musulman est décrit comme celui qui ne cause pas de tort à son frère que ce soit par les paroles ou les actes.

Un homme a demandé au prophète‹ :
« Que puis-je faire de bien dans l’islam ? »
« Donner de la nourriture, passer le salam à celui que tu connais et à celui que tu ne connais pas. »
[Bukhari et Muslim]

Le fait de délaisser les interdits fait aussi partie de l’islam :
Selon Abôu Horeîra (que Dieu soit satisfait de lui), l'Envoyé de Dieu,‹ a dit:
«Parmi les qualités d'un bon Islam, il y a le fait pour l'homme de ne pas s'occuper de ce qui ne le regarde pas».
[Tirmidhi, hadith hassan]

Ici, il y a deux explications :
-cela signifie que l’homme ne se mêle pas de ce qui ne le concerne pas
-ce qui ne le regarde pas peut désigner les interdits, donc que l’homme ne s’approche pas des interdits.

Selon un hadith :
Allah a donné l’exemple d’un pont droit. Sur chaque côté du pont se trouvent des murs qui ont des portes ouvertes cachées par des rideaux. A l’entrée du pont, il y a un crieur :
« O hommes, venez tous sur ce pont et ne déviez pas ! »
Au milieu, il y a un autre crieur qui dit, lorsque quelqu’un veut ouvrir une porte :
« Attention, ne l’ouvre pas ! Si tu l’ouvres, tu y entreras ! »

Le pont désigne l’islam, les murs sont les limites d’Allah, les portes ouvertes mènent aux interdits, péchés. Le premier crieur est le Coran et le deuxième la bonne conscience que chaque musulman a en lui.

[Ahmed, Tirmidhi et Nassai]

Ibn Rajab : Ceci est l’exemple d’un chemin droit duquel il ne faut pas dévier.
Certes, ce qui mène à l’interdit est lui aussi interdit. (ex : il faut baisser le regard pour éviter la fornication).

:roseee:
Revenir en haut Aller en bas
Amatul-Wakil
Fondatrice


Nombre de messages : 4020
Localisation : Tanger
j'atteste par ALLAH que je suis bien une soeur : Oui
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Tafsir ahadiths >> Par Oum Anas -   Mer 20 Aoû - 13:21

• La foi, dit-il, c’est que tu croies en Dieu, en Ses Anges, en Ses Livres, en Ses Envoyés, au Jour Dernier, et que tu croies dans le Décret [ Qadar ], qu’il s’agisse dans son bien ou de son mal.


L’iman regroupe les croyances intérieures. Chaque croyance en implique une autre, ainsi par exemple la croyance aux messagers implique le fait de croire en leur parole et donc en leur livre…
La croyance en la résurrection implique de croire en la balance, en l’enfer, le paradis…
Petite remarque sur la croyance en Allah qui implique de croire en Ses attributs ; il s’agit de croire en les attributs qu’Allah S’est donné dans le Coran ou par l’intermédiaire de Son prophète, sans les nier, ni les déformer, ni tenter de les expliquer ou de les interpréter.
Ainsi, il faut croire par exemple qu’Allah a deux mains, tout en sachant que nous ne pouvons pas en dire plus. En arabe, le mot « yad » peut en effet correspondre à de nombreuses choses comme notre main, mais aussi la poignée d’une fenêtre ou d’une porte.
Nous croyons donc qu’Allah a deux mains sans chercher à savoir comment elles sont.

La croyance au destin a engendré la naissance de nombreuses sectes s’étant égarées sur ce sujet. Certaines ont nié le destin, d’autres ont nié la responsabilité de l’homme.
Quant à la secte des qadariyya, elle a renié le destin, prétendant qu’Allah ne savait pas avant que les choses se passent qu’elles se passeraient.
A propos des qadariyya, Ibn ‘Omar s’est mis en colère, les a désavoués, et a affirmé que leurs actions n’étaient pas acceptées.

Les piliers de la foi doivent donc absolument être complets.

La croyance au destin comporte deux niveaux :

1. La croyance au fait qu’Allah sait ce que le serviteur va faire avant qu’il ne le fasse, il sait ce qu’il fera comme obéissances et désobéissances avant même que l’homme soit créé. Tout cela est écrit auprès d’Allah qui englobe tout de Sa science.

Le monde d’ici-bas est la prison du croyant et le paradis du mécréant.

2. Allah crée les actions de Ses serviteurs, bonnes ou mauvaises.

Petite parenthèse au sujet de la science du hadith :

Mawdou’ : forgé, il s’agit d’un hadith inventé.
Dha’if : faible si par exemple il manque un narrateur, mais il peut être renforcé si l’on trouve un autre narration (riwaya) qui le conforte.
Mutawatir : il s’agit du plus haut niveau, cela signifie que le hadith a été rapporté de plusieurs compagnons. Le hadith a été rapporté par tellement de personnes d’époques différentes qu’il est impossible de le nier. ex : le coran a été rapporté en mutawatir ainsi que certains hadiths.
Sahih : le hadith remplit plusieurs conditions d’authenticité.
Gharib : il n’y a dans un endroit de la chaîne de transmission qu’un seul rapporteur.

Dans le hadith, une différence est faite entre l’iman et l’islam ; l’islam désigne les actions apparentes, et l’iman, les croyances.
Or, la définition que l’on connaît généralement des savants de ahl al sunna wa l jama’a, c’est que la foi (iman) englobe la parole (qawl), l’action (‘amal) et l’intention (niyya).
Les salafs ont mis en garde contre le fait de sortir les actions de la foi (de dire que les actions ne font pas partie de la foi).

Allah dit dans le Coran :
8.2. Les vrais croyants sont ceux dont les cœurs frémissent quand on mentionne Allah. Et quand Ses versets leur sont récités, cela fait augmenter leur foi. Et ils placent leur confiance en leur Seigneur.
8.3. Ceux qui accomplissent la Salat et qui dépensent [dans le sentir d'Allah] de ce que Nous leur avons attribué.
8.4. Ceux-là sont, en toute vérité les croyants : à eux des degrés (élevés) auprès de leur Seigneur, ainsi qu'un pardon et une dotation généreuse.

:roseee:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tafsir ahadiths >> Par Oum Anas -   Aujourd'hui à 12:56

Revenir en haut Aller en bas
 
Tafsir ahadiths >> Par Oum Anas -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum d'entraide à l'apprentissage de l'Islam :: Nos Notes-
Sauter vers: